Les lauréats

Les lauréats

Projets « à dupliquer »

Dans la catégorie « projets à dupliquer », le jury a récompensé les projets Vers un bloc opératoire éco-responsable – Subor et Nesting

Vers un bloc opératoire éco-responsable – Subor

Ces projets ont été désignés comme « co-lauréats », en raison de leur complémentarité.
Tous deux visent à réduire l’impact environnemental des blocs opératoires. « Vers un bloc opératoire éco-responsable » propose l’éviction des gaz anesthésiques les plus polluants, l’amélioration du tri par la diminution du volume des DASRI, la mise en place d’un circuit de recyclage des métaux,ainsi que la mise en place d’une économie circulaire.

« Sub-Or » fixe pour objectifs le tri et le recyclage des déchets au bloc opératoire, la réduction de l’excédent de matériel anesthésique préparé et non utilisé, la réduction de l’émission de gaz à effet de serre liés aux gaz anesthésiques et la réduction de la consommation d’énergie.

Ces démarches doivent permettre de renouveler les bonnes pratiques environnementales au bloc opératoire et de mettre en place de nouveaux modes de fonctionnement en leur sein.

Une amélioration continue sera rendue possible au fur et à mesure du développement du projet, notamment grâce à des audits réguliers des actions initiées.

Nesting

Porté par l’association Women Engage for a Common Future (WECF), le projet Nesting vise à former les services de maternité et les professionnels de la périnatalité à l’impact de l’environnement sur la santé.

Le programme consiste à mettre en place des ateliers participatifs et un accompagnement pour acquérir une base théorique, initier le changement des pratiques et des usages ainsi que se former à une nouvelle pédagogie.

L’objectif est donc de faire prendre conscience aux professionnels de la santé des enjeux de l’impact de l’environnement sur la santé et de leur donner les clés pour développer des habitudes et des pratiques éco-responsables à travers un programme de formation.

WECF France peut apporter son expertise aux personnels de l’AP-HP dans la conduite du changement orientée spécialement sur le développement durable. En effet, plus de 15 sessions de formation et d’accompagnement ont déjà été organisées dans différents centres hospitaliers en France.

Par le choix du projet Nesting, le jury a souhaité montrer que le développement durable à l’AP-HP ne peut exister sans l’adhésion des personnels soignants.

Grâce à la formation, les professionnels de santé pourront ainsi être sensibilisés à l’impact de l’environnement sur la santé pour, d’une part, améliorer la qualité des soins au sein des hôpitaux et, d’autre part, réduire l’impact des services de soins sur l’environnement.

Projets « à expérimenter »

Dans la catégorie « projets à expérimenter », le jury a récompensé les projets Plateforme Eco-Tech et Zephyr

Plateforme ECO-TECH

La plateforme d’économie circulaire des aides techniques à l’AP-HP (ECO-TECH) projet soutenu par des ergothérapeutes de nos hôpitaux, consiste à créer une plateforme d’échange d’aides techniques pour les professionnels de la rééducation et de la réadaptation.

Ces aides proviendraient uniquement de dons publics et seraient entièrement gratuites pour les patients. Le prêt sera contractualisé.

Les aides techniques médicales sont souvent coûteuses pour les patients et tous n’ont pas la possibilité de pouvoir obtenir le matériel adapté. En améliorant la qualité des services de soins sans surcoût pour le patient, ce projet vise à promouvoir de concert développement durable et bien-être des patients.

Outre son aspect social, le projet ÉCO-TECH permet de réduire la consommation en matériels médicaux dans les hôpitaux. En effet, les aides techniques sont réutilisées et leur utilisation est optimisée grâce au suivi sur la plateforme.

À l’échelle de l’AP-HP, la plateforme entraînera une réduction des achats en aides techniques et réduira donc l’impact environnemental.

Zephyr

Le projet Zephyr, porté par Sustain’Air, propose de mettre en place au sein des hôpitaux un système bioclimatique de Chauffage Ventilation Climatisation (CVC) alimenté en énergie renouvelable.

Le système est déjà mis en place dans des immeubles de bureaux sur la zone de Sophia Antipolis depuis 2015 ainsi que dans un centre aquatique intercommunal en Alsace. 30% des dépenses énergétiques du bâtiment ont pu être économisées.

Le projet répond ainsi à la problématique environnementale d’utilisation des énergies renouvelables et à l’exigence de qualité de l’air pour les patients et le personnel des centres hospitaliers.

Le système est alimenté par une source de chaleur renouvelable constituée de panneaux solaires thermiques, d’une chaudière biomasse et d’un réseau de chaleur urbain (lui-même EnR pour partie).

Par rapport aux équipements conventionnels, ce système permet de répondre aux besoins de traitement de l’air en réduisant les consommations d’énergie de 30 à 60%, en réduisant les émissions de gaz EqCO2 de 50 à 80% et en améliorant la qualité globale de l’air intérieur.

Par cette démarche progressive et expérimentale, le projet vise à améliorer les performances énergétiques générales du bâtiment ainsi qu’à limiter l’impact des hôpitaux en termes d’émissions de gaz à effet de serre.

Il permet également d’améliorer la qualité de l’air.

Projets « de recherche et développement »

Dans la catégorie « projets de recherche et développement », le jury a récompensé les projets Label Alimentation durable – NAGA
et BioTexMed

Label Alimentation Durable – NAGA

Les projets Label Alimentation durable et Nutrition Achat Gaspillage alimentaire (NAGA) explorent tous deux les problématiques de l’alimentation durable dans les hôpitaux.

Le projet NAGA fait le diagnostic que les repas à l’hôpital sont source de gaspillage généralisé. Ils sont servis dans des contenants en plastique et sont décriés par les patients et le personnel soignant.

Face à ces problèmes, le Centre Hospitalier Universitaire de Grenoble-Alpes a décidé de lancer des actions dans trois pôles stratégiques : la nutrition, les achats et le gaspillage alimentaire.

De son côté, le projet de Label Alimentation durable cherche à orienter la politique d’alimentation de l’AP-HP par la mise en place d’un label qui devra inspirer et orienter le service Achats de l’AP-HP : ce label favorise les produits et menus vertueux (sans pesticides, faits maisons, équilibrés et locaux par exemple) et s’inscrit dans une démarche anti-gaspillage et de gestion raisonnée des déchets.

Ces deux projets, explorant des thématiques liées et dépendantes, sont de maturités différentes, ce qui a encouragé le jury à les récompenser ensemble : le projet NAGA nécessite une expérimentation au sein des hôpitaux de Paris, à partir des résultats obtenus au CHU de Grenoble. Le Label d’Alimentation durable connaîtra sa première expérimentation à l’AP-HP.

Ensemble, ces projets permettent à l’AP-HP de s’inscrire dans une démarche d’alimentation durable, offrant aux professionnels une méthode claire et des objectifs définis pour mettre en place une alimentation durable pour le personnel et les patients de l’AP-HP.

BioTexMed

Seabird a pour volonté de réduire l’impact environnemental des plastiques conventionnels.

Le projet consiste donc à financer la recherche et le développement de formulation en bioplastique biosourcé et biodégradable pour la réalisation de non-tissés, très souvent utilisés dans le milieu hospitalier, en particulier pour les charlottes, compresses, couches et draps jetables.

Ce bioplastique serait moins impactant pour l’environnement et plus facile à éliminer en fin de vie.

Les membres du jury de l’AP-HP ont souligné l’enjeu important de ce projet pour l’A-PHP. Ce dernier constitue en effet un véritable axe de recherche encore insuffisamment exploité au sein de hôpitaux.

L’objectif n’est pas de réduire simplement le gaspillage en recyclant le plastique consommé, mais de prendre le problème à sa source, c’est-à-dire à sa production.

Une telle innovation appliquée au secteur médical pourrait avoir un réel impact sur la gestion des déchets au sein des hôpitaux.